La reprise passera par les indépendants

Retour

La reprise passera par les indépendants

Au lendemain d'un remaniement qui consacre le dialogue social comme nouvel horizon pour les réformes à venir et qui fait du Ministre de l'Economie un ministre de "la relance", un collectif d’organisations professionnelles, d’entrepreneurs et près de 2000 travailleurs indépendants réaffirment que les travailleurs indépendants sont un pilier de la reprise. Ils méritent à ce titre de bénéficier du même soutien que les entreprises ou les salariés. A court terme, nous proposons de prolonger le Fonds de solidarité pour tous et créer un Fonds de relance. A moyen terme, nous appelons à ouvrir le chantier d’une refonte en profondeur du régime social des indépendants vers davantage de solidarité tout en gardant intact ce qui fait l’identité d’un indépendant : la liberté.

Le Ministère de l’Économie a dévoilé le 29 juin les mesures du “Plan en faveur du commerce de proximité, de l'artisanat et des indépendants” : prolongation d’un mois du Fonds de solidarité pour les indépendants qui ne bénéficiaient pas de cette extension jusque-là, ouverture élargie du second volet de ce même fonds et rachat de plan d’épargne retraite Madelin comptent parmi les mesures phares pour les travailleurs indépendants. Ces mesures vont dans le bon sens, le Fonds de solidarité a par exemple permis de maintenir à flot de nombreux travailleurs indépendants qui auraient été sans ressources autrement.

Cependant, les 3 millions d’indépendants français n’ont pas aujourd’hui la visibilité et le soutien nécessaires pour se projeter avec confiance dans le futur. En dépit de ses apports certains, le plan de relance pour les indépendants doit aller plus loin.

UN SOUTIEN DANS LA DURÉE POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU CONFINEMENT
Arrêts des commandes, baisse de la fréquentation, décalages de facturation, adaptation aux mesures de distanciation : les indépendant•e•s subissent aujourd’hui des contraintes face auxquelles ils et elles ne peuvent rien. Cette situation va durer. Sans couverture sociale et ne comptant que sur leurs réserves de trésorerie, ils sont plusieurs centaines de milliers à se demander comment ils pourront répondre à leurs besoins de base dans quelques mois.

Divers dans leurs statuts, leurs métiers, leurs opinions, les indépendants partagent une inquiétude : celle de ne pas être soutenus à la hauteur de leur contribution à l’économie nationale. Du soignant libéral au freelance qui facilite la reprise des entreprises, sans oublier les livreurs, les artisans, les commerçants et bien d’autres… Tous souhaitent un soutien conforme à la valeur qu’ils créent.

Les mesures exceptionnelles prises par le Gouvernement ont pour but de soutenir les entreprises, l’emploi et in fine d’éviter à des citoyens de se trouver sans ressources. Celles-ci sont aujourd’hui essentiellement financées par la dette, plutôt que par les cotisations sociales. Les mesures de relance et de protection devraient donc pouvoir s’appliquer à tous les indépendants, sans considérations sectorielles, de même que les allocations chômage s’appliquent à tous les salariés.

TROIS PROPOSITIONS CLÉS POUR FAIRE DES INDÉPENDANTS UN PILIER DE LA REPRISE
Nous proposons le prolongement temporaire du Fonds de solidarité. En l’état ce dispositif a fait ses preuves et présente l’avantage d’être lisible et compris de tous les indépendants. Il doit donc être maintenu pour tous les secteurs, jusqu’à la fin de l’année 2020 au moins et élargi aux indépendants dont le bénéfice est supérieur à 60 000 euros.

La création d’un Fonds de relance est notre deuxième axe. Versé en juillet, il permettra à ceux qui en ont besoin de solliciter une aide exceptionnelle minimale de 3000€. Son but doit être de permettre à un indépendant d’effectuer les investissements nécessaires à la reprise de son activité.

Ces dispositifs exceptionnels de relance ont vocation à être accordées à tous les indépendants qui en feront la demande, sans critères de statuts, métiers ou de chiffre d’affaire. Une telle ouverture serait non seulement l’occasion pour le Gouvernement de réaffirmer sa confiance dans les entrepreneurs français, mais aussi un moyen de simplifier les démarches et réduire les coûteuses exigences de contrôle et de vérification a priori ou a posteriori.

Nous proposons enfin l’exonération des cotisations sociales et d’une subvention loyer pour les indépendants dont le niveau d’activité post-crise sanitaire ne permet plus de couvrir les charges fixes.

IL EST TEMPS DE REFONDRE EN PROFONDEUR LA PROTECTION SOCIALE DES INDÉPENDANTS
Ces femmes et ces hommes ont en commun d’avoir fait le choix d’être « leur propre patron•ne ». Les indépendant•e•s sont fiers de leur autonomie et d’avoir la possibilité d’exercer leur activité de la façon dont ils l’entendent. La crise sanitaire passée et celle économique en cours doivent nous amener à reconsidérer la place des travailleurs indépendants, dans toute leur diversité, dans la société de demain ainsi que les mécanismes obligatoires ou facultatifs de protection contre les aléas de la vie. Nous proposons donc au Gouvernement de renforcer à court terme les mesures d’urgence déjà prises, avant de lancer la construction d’un nouveau modèle pérenne reposant désormais sur le triptyque entreprise, salarié et indépendant.

Signataires :
Les 1935 travailleurs indépendants signataires de la pétitiond'indépendants.co et ses partenaires (voir la liste)

Hind Elidrissi et Antonin Léonard, co-fondateurs du syndicat indépendants.co
L’association Intérêts des Professions libérales de la Santé (IDPLS)
Comité pluridisciplinaire des artistes-auteurs et artistes-autrices (CAAP)
L’Association des Auteurs de Bande Dessinée
L’association des freelances de l’événementiel
La Ligue des Auteurs professionnels

Martin Videlaine, Président de NC Partners On Demand
Martine Kowal, Gérante de la plateforme Creativlink
Alexandre Dana, CEO de la plateforme de formation LiveMentor
Lepercq Guillaume, co-fondateur de la plateforme FreelanceRepublik
Jean-Charles Varlet, co-fondateur et CEO de la plateforme Crème de la crème
Nicolas Reboud, CEO de la néo-banque pour entrepreneurs Shine
Julie Huguet, CEO et co-fondatrice de la plateforme Coworkees
Ouriel Darmon, président de la plateforme Student Pop
Ali Rami, CEO et co-fondateur de la plateforme de prêts pour les indépendants Mansa
Elise Pichon, fondatrice de la plateforme Freeandise
Stéphane Aubin, CEO de la plateforme Cherry Pick
Séverine Bavon et Romain Briginier, co-fondateurs de la plateforme acracy