Vers une nouvelle donne pour les indépendants ?

Retour

Vers une nouvelle donne pour les indépendants ?

Le 7 mai dernier, à l’occasion de la table ronde intitulée « Construire un New deal pour les indépendants », Laetitia Vitaud, autrice de Du labeur à l’ouvrage, Hind Elidrissi, co-fondatrice du syndicat Indépendants.co et Marylise Léon, secrétaire générale adjointe de la CFDT, étaient invitées pour discuter du futur du travail et de la protection sociale pour les indépendants.

À l’heure où les crises économiques et sanitaires ont fragilisé l’activité des indépendants, il semble désormais indispensable de renégocier les conditions d’une protection sociale pour tous les indépendants. Or un tel objectif, selon nos intervenantes, ne peut passer que par un vaste chantier institutionnel. Tel est l’enjeu de la consultation que indépendants.co va lancer dans les prochaines semaines : donner la parole aux indépendants, décider avec eux comment construire ensemble un modèle viable de protection sociale.

Pour Hind Elidrissi, « Le but de la consultation est de faire émerger ce que chacun veut, pour ensuite mettre en commun les revendications. Étant donné que nous sommes tous indépendants, nos opinions sont peut-être différentes et c’est cela qui est intéressant : il faut inclure ces différentes visions du monde pour ensuite choisir des dénominateurs communs.»

Un premier dénominateur fort est l’encadrement des factures impayées. « Aujourd’hui il y a beaucoup d’entreprises qui considèrent qu’on paye la facture d’un indépendant quand on en a envie. Ce n’est pas normal. C’est une règle du jeu qui n’est pas juste. » Un autre objectif de la consultation consistera à réfléchir au financement d’une assurance chômage. À titre de comparaison, les salariés contribuent à hauteur de 6% de leurs revenus pour bénéficier de cette allocation. Où les indépendants sont-ils prêts à mettre la barre ? Pour Laetitia Vitaud, en effet, « il y a probablement un point sur l’échelle entre rien et l’alignement sur le salariat. »

Mais si les indépendants n’ont pas touché d’allocations chômage durant la crise sanitaire, c’est aussi, souligne Hind Elidrissi, parce que les règles du jeu se sont écrites sans eux. Alors que le chômage partiel pour les salariés est en partie financé par la CSG, il n’est pas normal que les indépendants n’aient droit qu’à une protection sociale minimale. Un état de fait qui permet à la fondatrice du syndicat de rappeler que tout ce qui existe en terme de protection sociale est le fruit d’un rapport de force. Rapport de force qu’il est désormais temps d’engager collectivement.

Comme le rappelle Laetitia Vitaud, spécialiste du futur du travail et indépendante, si la crise a contribué à creuser les inégalités, c’est en raison « d’un équilibre défavorable pour une majorité de travailleurs ». Alors que les indépendants peuvent perdre tous leurs revenus du jour au lendemain, les entreprises, pour préserver leur trésorerie, font appel à des freelances plutôt que d’embaucher des salariés supplémentaires : « On assiste actuellement à un mouvement contraire : des entreprises qui veulent plus de coûts variables et des indépendants qui veulent plus de protection. Le seul moyen de remédier à cette situation est d’avoir un tampon entre les deux pour s’assurer que, en dépit du mode de fonctionnement des entreprises, les indépendants de leur côté ont un filet auquel se raccrocher pour ne pas se retrouver sans rien du jour au lendemain. »

« Aujourd’hui, résume Hind Elidrissi, on est devant une page blanche, ce qui doit nous inviter, nous, indépendants à nous demander ce que l’on veut ».

Un vaste chantier institutionnel qui montre à quel point les enjeux autour du travail rencontrent ceux de la démocratie, comme le souligne Marylise Léon : « Aujourd’hui on parle beaucoup des enjeux liés à la crise sanitaire, à la crise économique et insuffisamment des questions écologiques. Malheureusement on parle trop peu des enjeux de démocratie. Or je pense que le travail de demain doit être un travail démocratisé. On doit permettre aux travailleurs d’avoir une possibilité d’expression sur leur travail. »

Vous pouvez revisionner le live ici : https://www.youtube.com/watch?v=GWGc14fuGh0&feature=youtu.be